Les promenades du hacker solitaire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 juillet 2015

Peinture antipipi à San Francisco

Nous en avions parlé à propos du quartier « festif » de Skt Pauli, à Hambourg. Ce matin, un billet paraît sur l'un des blogs du Monde.

Le principe est toujours le même : un produit fortement hydrofuge, qui renvoie le jet liquide avec une force proportionnelle à sa puissance.

jeudi 25 juin 2015

Cinq encoignures, sinon rien

On pourrait penser que les grosses agences d'architecture qui réalisent des projets tels que le centre commercial et les hôtels qui ont remplacé l'ancien cinéma Gaumont qui avait lui-même pris la place d'un hippodrome possèdent dans leurs spécialités la capacité à prévoir les nuisances que l'on peut raisonnablement Envisager en raison du site, afin de les prévenir.

À tout le moins, il me semble qu'il devrait y avoir des règles de l'art telles que la première, celle de ne pas créer des recoins ou des encoignures, surtout dans les lieux possédant une vie nocturne intense.

Eh bien, il semblerait que ce ne soit pas le cas.

Voici donc, sur la rue Forest (18e) non pas une, non pas deux, mais cinq encoignures.

Je ne me souviens pas avoir noté que ces lieux dérobés aient été utilisés abondamment comme pissotières.

Par contre, leur faible surface a rapidement attiré des clochards, surtout lorsque le parking souterrain a installé des portes automatiques destinées à éviter qu'ils ne viennent s'y abriter. En effet, il suffisait d'un ou deux cartons pour servir de murs et d'une toile cirée pour jouer le rôle de bâche.

Le combat a été serré. Destructions diurnes des faibles remparts. Probablement plaintes en tous genres. Incendies (volontaires ?). et puis, finalement, pose de barreaudages et de défenses.

Rue Forest, Paris 18e - 14 juin 2015

Fausse jardinière barreaudée

Est-ce que cette construction a été réalisée au moment de l'érection du bâtiment ? Ou après-coup, compte tenu du détournement du coin ? De même, le barreaudage est-il d'origine ou constitue-t-il une protection supplémentaire ? Il semble qu'il ait été simplement chevillé sur le rebord et non pas scellé comme on pourrait s'y attendre.

Par contre, je n'ai pas vraiment de doute quant aux galets. Cette fausse jardinière n'a jamais été destinée à contenir de jolies fleurs. Il y aurait sinon des ouvertures de drainage en bas.

Rue du Capitaine Madon, Paris 18e - 14 juin 2015

mercredi 24 juin 2015

Nous plantons et semons de jolies fleurs

En passant dans la rue Cavalotti, mon attention a été attirée, au fond de l'impasse improprement dénommée rue Camille Tahan, par ce solex dont une partie du moteur a été repeinte en jaune. En m'approchant, je me suis aperçu qu'il y avait en fait deux solex et qu'ils étaient accrochés à une grille de défense assez menaçante.

Mais en arrivant au bout de cette vraie-fausse impasse, j'ai découvert une sorte de jardinière s'étendant le long du mur d'enceinte du cimetière de Montmartre.

Pas de pipi ni de détritus...

On peut toujours rêver. C'est même fortement recommandé.

Rue Camille Tahan, Paris 18e - 14 juin 2015

Triangle isocèle

Une réalisation classique, soulignée par la peinture plus claire que celle des murs verticaux, gardée par deux quilles.

Villa Armand, Paris 18e - 14 juin 2015

Banquette maçonnée

Une rue peu fréquentée, qui se termine en impasse... Malgré la présence d'une vitrine sur le côté de l'encoignure, il était probable que le coin servirait à satisfaire des besoins pressants. Une banquette de maçonnerie avec enduit de ciment a donc été réalisée dans l'angle.

Les amateurs d'ironie fortuite remarqueront sans doute le panneau apposé sur le lampadaire, qui appelle les propriétaires de canidés à ramasser les crottes de leurs animaux.

Rue Vauvenargues, Paris 18e - 14 juin 2015

mardi 23 juin 2015

Ceci n'est pas un arbre

Dans une impasse du dix-huitième, derrière une colonne de quilles probablement destinées à éviter le stationnement de véhicules, cette encoignure a manifestement subi des outrages divers. On observe que la ville de Paris a appliqué par deux fois de la peinture, une couche grise à gauche, une couche ocre à droite.

Et c'est là qu'une main malhabile a tenté d'utiliser une arme radicale. La végétation. On voit parfois apparaître ainsi des jardinières, dont certaines possèdent encore des plantations, tandis que d'autres sont souvent abandonnées après quelques mois.

Ici, un arbre a été peint avec un peu de soin. Le peintre ne disposait peut-être que d'un pot de peinture ? Ou bien peut-être a-t-il voulu atteindre une certaine abstraction en ne cherchant pas nécessairement la ressemblance ?

Impasse Robert, Paris 18e - 14 juin 2015

Est-ce vraiment un pissepala ?

Je me suis demandé longtemps quelle pouvait être la motivation de cette implantation d'éléments en béton le long de la façade de cette construction, sur une vingtaine de mètres.

Impossible de penser à un chasse-roue. Ou encore à un obstacle destiné à éviter que des véhicules ne stationnent.

Alors, je me suis rabattu sur ma première idée. Un pissepala. Mais préfabriqué. Ce genre d'éléments en béton doit pouvoir se trouver dans les parcs de matériaux, si bien qu'un bricoleur a décidé de les placer à cet endroit en espérant que cela le délivrerait des épanchements intempestifs.

Je ne sais pas si ses vœux ont été exaucés.

Impasse de la Grosse Bouteille, Paris 18e - 14 juin 2015

mardi 16 juin 2015

Quel est le pire fléau ?

Cette photo est intéressante à deux titres.

Tout d'abord, on observe un plan incliné, forme classique de défense contre les épanchements des passants. Mais il semble bien que cette inclinaison ait été conçue dès le stade de la construction, puisque l'on voit que les trappes d'accès suivent la même pente.

Cela nous conduit à examiner la peinture dont ces panneaux ont été revêtus, ainsi que les piliers placés entre ceux-ci. On remarquera d'ailleurs que les peintres n'ont pas recouvert les jambages supérieurs.

Ce qui amène à se demander quel est le pire fléau pour les propriétaires ou gestionnaires d'immeubles : les tags ou les pipis ?

Rue Gustave Rouanet, Paris 18e, 14 juin 2015

Balcons exhubérants

Certains balcons, même limités à un simple appui de fenêtre, traduisent bien l'exhubérance des occupants. Ici, deux fenêtres surchargées de plantes en pots, auxquelles ont a rajouté ce grand pantin rose et bleu qui pend sur la rue.

Rue de Clignancourt, Paris 18e, 14 juin 2015

dimanche 14 juin 2015

Délicates ondulations

Les bordures présentes le long de la voie publique ont un mystérieux pouvoir d'attrait pour notre belle jeunesse, à la condition de ne pas être trop hautes. Ici, les propriétaires ont donc choisi d'orner cette banquette accueillante d'une jolie ferronnerie offrant aux chères têtes blondes qui seraient tentées de venir y étudier les lois physiques de la propagation sinusoïdale un sujet d'étude, d'étonnement et d'effroi.

Rue Labat, Paris (18e) - 14 juin 2015

Fort de Vincennes (Paris 12e)

Le long du Fort de Vincennes, également appelé Fort Neuf, qui se trouve sur le territoire du 12e arrondissement de Paris comme son nom ne l'indique pas, il existe sur le Cours des Maréchaux un grand nombre d'avancées maçonnées en meulière.

Qui dit avancées dit aussi encoignures, dans lesquelles il a fallu installer des défenses contre les épanchements nocturnes (ou éventuellement diurnes).

On a donc installé deux solides barreaux horizontaux, soutenus par un potelet central.

J'ai dénombré une petite dizaine de ces réalisations le long de la voie.

Cours des Maréchaux, Paris 12e - 13 juin 2015

mercredi 3 juin 2015

Nemours, rue de Paris

Je passe fréquemment dans la rue de Paris, à Nemours, et j'avais remarqué depuis longtemps ce pauvre petit pissepala à moitié en ruine, le long d'un bar-tabac. Je me disais bien qu'il faudrait un jour que je m'arrête pour l'immortaliser, mais j'ai trop repoussé au lendemain.

Car Jean, d'un cœur vaillant, l'a reconstruit plus beau qu'avant...

En effet, l'auteur de cet édicule a pris soin d'aligner judicieusement les briques pour former un quart de cercle, légèrement en dégradé, et a rempli le centre de gravats et de ciment. On remarquera même qu'il a pris soin de reconstituer l'enduit de type fausse pierre.

Nous espérons tous que ses souhaits seront exaucés et que l'ouvrage remplira son usage.

Nemours (77140), rue de Paris - 8 avril 2015

vendredi 29 mai 2015

Printemps 2015

Je m'aperçois à ma grande honte que j'ai omis de vous présenter la traditionnelle copulation printanière. Eh bien, la voici.

Toujours au Cimetière de Montmartre.

Adalia bipunctata, 29/05/2015 - Cimetière de Montmartre

samedi 18 avril 2015

CSS et bordure indestructible

Dans une maquette de page que je viens de recoder pour qu'elle ait un comportement adaptatif (responsive quand on cause comme il faut), j'ai deux blocs, des données textuelles à gauche et une image à droite.

J'ai choisi de donner la priorité à l'image et c'est donc elle qui prend toute la place quand on réduit la largeur d'affichage, tandis que le bloc de texte passe au-dessous.

Depuis toujours, on a entre les deux blocs une bordure, qui est collée à droite du bloc de gauche ou à gauche du bloc de droite. Cette ligne sert à séparer les deux éléments et la page a l'air complètement à poil quand la ligne n'est pas là.

Or, je ne suis pas arrivé à trouver une solution pour supprimer la ligne au point de rupture (800 pixels). J'ai testé border-right: 0;, border-right: 1px solid #3C3C3C (donc la couleur du fond). Rien ne marche.

Si l'un de mes lecteurs a une idée géniale...

CSS et puces indomptables d'une liste stylée

Dans mon travail de révision des sites dont je m'occupe, je me suis cassé les dents sur le stylage d'une liste, que je voulais afficher d'une part sous la forme d'une colonne de gauche dans l'affichage sur un écran de PC de bureau et d'autre part sous la forme d'un menu déroulant sur les écrans de moindre taille.

J'ai fini par trouver un modèle pour le menu déroulant, fondé sur une structure à base de balises ul et li. C'est ici.

Voir ici pour savoir à quoi ressemble la barre de navigation à gauche.

La solution que j'ai finalement retenue pour la maquette de la page était un media query à 800 pixels et un display: none; alternativement sur l'un des menu et sur l'autre. Dans le code de la page, les données sont simplement dupliquées. C'est un peu dommage, mais je n'ai pas trouvé de solution élégante pour transformer le style de l'une en style de l'autre autrement.

Du coup, il fallait utiliser la même structure pour obtenir la colonne de navigation à gauche, pour éviter d'avoir tout à déboguer deux fois.

Deux difficultés essentiellement.

D'une part, supprimer le décalage de gauche. On a beau mettre un beau list-type: none;, le décalage est conservé. Il faut donc mettre une marge négative (margin-left: -40px;).

D'autre part, les puces imposées par défaut par la feuille de style de l'agent, à savoir le disque, le cercle vide et le carré plein. J'ai mis pas mal de temps, mais j'ai fini par comprendre que le list-type: none; doit se mettre dans le style des balises ul et non pas dans celui des balises li.

CSS et taille d'un conteneur

J'ai pas mal travaillé sur les sites dont je m'occupe pour permettre de les afficher sur n'importe quelle largeur d'écran.

Un des problèmes rencontrés a été celui de la taille du conteneur général de la page. Ma maquette comprenait une image de 9 x 9 pixels de couleur anthracite avec un point blanc en bas à droite, ce qui, avec les répétitions, donne un joli motif pointillé.

Là-dessus vient se placer une div qui sert de conteneur à la page.

Or, ce conteneur ne voulait pas aller jusqu'au bas de la page (dont la longueur pouvait aller de 500 à 15 000 pixels).

J'ai cherché sur l'internet et j'ai trouvé beaucoup de mauvaises solutions. Par exemple height: 100%; dans la balise html, ou encore dans la balise body. Cela ne marche pas. Je ne suis même pas sûr que ce soit logique d'avoir des données dimensionnelles dans ces balises.

La seule configuration correcte que j'ai trouvée est de supprimer ces éléments dans les balises html et body et de mettre dans le style du conteneur :

  • min-height: 100%;
  • display: inline-block;
  • position: relative;
  • top: 20px;
  • bottom: 0;
  • left: 0;
  • right: 0;

Je suppose qu'on dispose encore d'un degré de liberté pour les quatre dernières lignes...

mercredi 4 mars 2015

St. Pauli pinkelt zurück

Le problème des pissepalas se pose naturellement dans tous les lieux où la vie nocturne est intense. L'un de ces lieux est le quartier de St. Pauli à Hambourg. Les habitants en ont marre de trouver du verre cassé et des ivrognes échoués n'importe où le matin, le tout dans une odeur d'urine extrêmement tenace.

Ils ont donc entamé une campagne de relations publiques, avec notamment un traitement de façades au moyen d'une peinture extrêmement hydrophobe qui renverrait le jet d'urine avec la même force en direction l'émetteur.

Lien vers l'article du Spiegel, avec une petite vidéo.

Publicis Pixelpark

vendredi 30 janvier 2015

utf8_general_ci et utf8_unicode_ci

Récemment, j'ai converti en utf8 une base de données MySQL qui était codée en latin1, afin de gérer correctement toutes les lettres accentuées, notamment celles des pays d'Europe centrale.

Pour ce faire, j'ai procédé à une conversion en deux temps, comme l'indique la documentation, à savoir convertir les valeurs par défaut de la base en utf8 et en utf8_unicode_ci, puis pour chacune des tables, faire de même à la fois pour les valeurs par défaut et pour les données existantes.

Dans cette base, j'ai un tri qui se fait sur les classes (au sens taxinomique), donc Arachnida, Insecta, etc. Voir le résultat ici. Nous avons également une pseudo-classe Divers qui se trouve tout au bas de la page. Pour assurer qu'elle sera bien là, elle est écrite '~DIVERS~' puisque le caractère '~' (0x7E) vient après toutes les lettres non accentuées de la table Ascii de base.

Or, quelle n'a pas été ma stupéfaction de voir que la pseudo-classe Divers était remontée en tête de toutes les classes. En regardant d'un peu plus près les indications trouvées sur la conversion en utf8 des tables MySQL, j'ai observé que certains mentionnaient utf8_unicode_ci et d'autres utf8_general_ci.

J'ai essayé de remplacer utf8_unicode_ci par utf8_general_ci et cela a résolu mon problème. L'ordre alphabétique a vaincu !

Une recherche sur les différences entre ces codes de collation donne de vagues indications sur le fait que utf8_unicode_ci serait plus complet, notamment pour le classement des caractères ß/ss et œ/oe.

Mais je n'ai trouvé aucune indication sur ce traitement spécifique du caractère '~'.

Alors, si quelqu'un a une idée...

jeudi 22 janvier 2015

Petit coin du Monoprix

Au coin du Monoprix, sur la rue de Lorraine mais à deux pas de l'Avenue Jean-Jaurès, cette grille protège un angle formé formé par la construction du magasin, dont la destination ne trompera personne.

Rue de Lorraine (19e) - 19 janvier 2015

- page 1 de 55