Dans la lutte contre les épanchements diurnes et nocturnes, certains misent beaucoup sur la végétalisation. Cela reposerait sur le principe selon lequel les personnes concernées respectent ces objets publics ou du moins ne se trouvent pas suffisamment protégés des regards des voisins.

Dans l'exemple ci-dessus, on pourrait ressortir le proverbe « Qui se ressemble s'assemble », puisqu'un jolis tas de planches est venu s'appuyer délicatement contre la grosse jardinière carrée en bois (dont la végétation ne semble pas prospérer).

Curieusement, quelques mètres plus loin, dans l'encoignure symétrique de cet immeuble en saillie sur le trottoir, la même jardinière a reçu de la visite, celle d'un vieux canapé en cuir. Quelqu'un a même jeté des vieux vêtements dans la jardinière, dont la végétation ne devait pas être suffisante pour susciter le respect.

O tempora, o mores.

Rue de Saussure (17e) — 19 mars 2017